Make your own free website on Tripod.com
goldenwheelnetwork
Sur plus de 165 millions de sites web

voilà notre classement chez Alexa :









Réponses à des questions de base sur le bouddhisme

Avertissement

Cette page de réponses à des questions posées sur Yahoo Q/R ne prétend pas apporter une exactitude absolue quant à l'interprétation possible des enseignements du Bouddha, mais reflète simplement ce qu'un employé de banque français peut en avoir compris après trente deux années d'études et de pratique

A vous qui relevez des erreurs d'interprétation, l'auteur présente ses excuses.

Aux lecteurs s'intéressant pour la première fois au Bouddhadharma, l'auteur conseille de poursuivre leur étude en visitant l'un des nombreux centres bouddhistes présents en Europe

question: quelle religion avez vous choisie et pourquoi ?


Réponse

je pratique le bouddhisme tantrique tibétain tradition guélougpa depuis 1977 (j'avais 29 ans à l'époque et c'est donc mon choix)

Parce que c'est celle qui répondait à toutes mes questions sans incohérence ni invraisemblance, qu'elle n'impose rien à personne et que les conseils du bouddha historique sont suivis par ceux et celles qui veulent les suivre (car ils ont compris leur raison d'être et leur efficacité) et personne n'est obligé de les suivre..

Parce qu'il disait "soyez votre propre lampe" (votre propre guide) et que par conséquent on n'a pas besoin d'être l'esclave d'un quelconque "maître" ou "gourou" comme dans certaines sectes..

Parce que ses enseignements ne demandent finalement que de développer l'amour et la compassion pour TOUS les êtres conscients (humains ou non humains) et ne rejette personne !

Parce qu'il ne promet ni paradis ni enfer mais simplement de nous permettre de révéler notre nature réelle qui est celle de "bouddha".



question: c qui lebouddha ?


Réponse

le mot "Bouddha" n'est pas un nom propre tel que "Pierre" "Paul" "Hakim" ou "David".
C'est un adjectif sanscrit qui traduit en bon français veut simplement dire : "éveillé" donc tout le monde, toi et moi, pouvons nous "éveiller" c'est à dire devenir "Bouddha"..

Il y a des milliards de milliards de milliards de "Bouddhas" dans les milliards de milliards de milliards d'univers.

Dans cet univers dans lequel nous vivons présentement il y a eu déjà 4 bouddhas qui ont enseignés (il y a AUSSI des bouddhas qui n'enseignent pas).

Le bouddha historique, celui dont nous connaissons les 81 années de vie sur notre planète, s'appelait Siddhartha Gautama.

Son prénom est Siddhartha et cela veut dire en français : "celui qui a atteint tous ses objectifs".
Son nom de famille est Gautama.

On le surnomme aussi "Shakyamouni" car il était du clan des Shakya (le mot "mouni" est aussi du sanscrit, langue classique de l'Inde, et veut dire "sage" donc Shakyamouni c'est le "sage du clan des Shakya".

La légende veut qu'il fût prince mais en réalité lorsqu'il est né en 563 av JC (il est donc né il y a 2572 ans) dans le village de Lumbini au nord du sous continent indien il y avait 14 républiques (élections) et seulement deux royaumes (transmission du pouvoir de père en fils).

Car il y a 2600 ans (comme il y a 6.000 ans) comme aujourd'hui il existait un système d'élections appelé "panchayat", (les cinq sages) par lequel les habitants des 600.000 villages indiens élisent les cinq personnes qui prendront les décisions de gestion pour l'année.

Donc le père de Siddhartha était un des cinq sages élus par les habitants du village au conseil municipal, c'était donc une personne respectée d'un certain prestige.

Siddhartha fût élevé dans les meilleurs écoles de la région et dans tous les arts qu'apprenait à l'époque un fils du clan des Shakya.

Il se maria et eut un fils.

Ensuite il étudia les religions et philosophies de l'époque auprès de 108 grands maîtres.

Mais leurs réponses ne le satisfaisait pas et après avoir pratiqué les austérités conseillées il les rejeta et décida de s'asseoir sous un arbre pour méditer et de ne plus en partir jusqu'à ce qu'il trouve l'illumination.

Ce qu'il fit en une seule nuit.

Il obtint donc l'éveil et enseigna depuis ce jour en pendant 45 ans dans tout le nord du sous continent indien du Gandhara au Bengale.
Le Gandhara s'appelle aujourd'hui Pakistan et Afghanistan.

Donc il y a 2500 ans tout le Nord de l'Inde bénéficia des enseignements du bouddha historique et ces enseignements se diffusèrent ensuite en Iran, en Turquie, en Grèce (grâce aux échanges avec les philosophes amenés par Alexandre le Grand), en Chine, au Japon et dans tout le Sud Est Asiatique.

Il y a deux mille ans il y avait 5.000 moines bouddhistes dans la vallée de Bamiyan au centre de l'Afghanistan, cette vallée qui hébergeait deux statues géantes du Bouddha qui furent détruites par les Talibans en 2001.

Aujourd'hui les enseignements du bouddha historique se sont propagés dans le monde entier et il y a plus d'un milliard cinq cents millions de personnes qui se réclament des enseignements de ce bouddha historique, enseignements qui se sont transmis de maître à disciple sans interruption pendant 26 siècles.

Pour plus de détails sur la vie du bouddha historique et sur ses enseignements merci de cliquer sur les liens ci dessous :

article "Bouddha" sur Wikipédia
article "Gautama Bouddha" sur Wikipédia
article "Bouddhisme" sur Wikipédia
mon livret sur les bases du bouddhisme

Une question sur le Nirvana, la mort et la re-naissance

question initiale sur Yahoo Questions Réponses
hier j'ai lu des livres sur le bouddhisme et c'était trop énorme. Si demain Dieu vient me voir et me dit : "arrete d'etre chrétien, je n'existe pas", je deviens direct bouddhiste.
J'ai juste une question à poser, un concept qui n'était vraiment pas clair du tout : en quoi consiste le nirvana?? J'ai compris qu'il ne consistait pas dans la recherche des plaisirs, dasn la souffrance, etc... Mais il consiste en quoi au juste?? Est-ce que le Nirvana n'est pas une non-existence??


Réponse

le nirvana c'est la cessation de la génération d'illusions perturbatrices, c'est un état obtenu lorsque l'on a la réalisation intuitive des tenants :
"tous les phénomènes sont impermanents, vides d'existence propre, et interdépendants".
Nirvana est composé du préfixe privatif nir, indiquant que quelque chose n'est pas fait ou est inexistant, donc il s'agit de la cessation de l'ignorance sur laquelle est générée les forces d'attraction et de répulsion qui sont les émotions perturbatrices.
De quelle ignorance parle-t-on ? de celle du mode d'existence réelle des phénomènes, mode d'existence indiqué par les trois tenants cités ci dessus.
Nirvana et état de bouddha sont dans la tradition mahayana et tantrayana deux choses différentes.
Bouddha n'est pas un nom propre tel que pierre, paul ou jacques mais un adjectif sanscrit signifiant 'éveillé' dont chaque être conscient peut devenir bouddha (éveillé) en obtenant la réalisation de l'impermanence des phénomènes, de leur vacuité (non-soi) et de leur interdépendance.
Tu peux lire le petit livret sur les bases du bouddhisme que j'ai mis en ligne en cliquant sur le lien ci-dessous

Commentaire supplémentaire : en fait je dois rajouter que ce n'est pas un "état positif" mais simplement la disparition de la croyance en la réalité en des phénomènes auto-existants (et par phénomènes j'inclus aussi notre petit égo, le je auquel nous nous attachons) et indépendants et éternels. C'est cette croyance totalement infondée en un "je" éternel, inchangeable et indépendant qui disparait ... donc nirvana est la disparition de cette illusion, pas un état auquel on arrive et encore moins un paradis.. c'est donc bien une "extinction", l'extinction de la flamme du désir basé sur une croyance fausse entretenue pendant des milliards d'années et de vies ...et la disparition de cette croyance elle-même

deuxième commentaire supplémentaire : on ne peut pas être "chrétien" ou "monothéiste" de quelque tradition que ce soit (croire en un phénomène éternel) et bouddhiste car être bouddhiste c'est adhérer à la philosophie expliquée ci-dessus à savoir que TOUS les phénomènes sont impermanents (donc pas de dieu éternel ni d'âme éternelle) vides d'existence propre (donc pas de dieu unique créateur cause unique de l'univers phénoménal) et interdépendants (donc encore une fois pas de cause unique à des phénomènes nombreux et dépendants les uns des autres pour leur existence) D'ailleurs Sa Sainteté le Dalai-Lama a recommandé à de nombreuses reprises aux croyants des monothéismes de garder leur religion et de ne pas en changer s'ils n'ont pas la "compréhension juste" (à la base des enseignements du bouddha Shakyamouni)

troisième commentaire supplémentaire : on ne "choisit" pas sa vie suivante, c'est le karma qui détermine la vie suivante si l'on n'a pas obtenu un niveau de réalisation spirituelle égal au bodhisattva du 1er niveau, niveau auquel on a atteint le "chemin de la vision" c'est à dire le nirvana, car tant que l'on n'a pas atteint le nirvana on est encore prisonnier du karma et du samsara.

quatrième commentaire supplémentaire : je vois que l'on confond encore bouddhisme et néant... c'est une erreur que les philosophes occidentaux faisaient au 18ème siècle mais qu'ils ont cessé de faire dès le milieu du 20ème siècle. En fait l'on appelle le bouddhisme "chemin du milieu" car il est situé entre les extrêmes :
- extrême d'éternalisme (un dieu ou une âme éternelle) et extrême de nihilisme (rien n'existe, le néant)
- extrême d'austérités et extrême d'indulgence
Donc un bouddhiste a une position philosophique se situant entre ces deux extrêmes, il nie l'éternalisme et nie le néant (position ni ni) et il ne pratique ni l'extrême d'indulgence ("luxure" dans d'autres religions) ni l'extrême d'austérités ("mortification" dans d'autres religions)
Pour bien comprendre les différentes vues philosophiques du bouddhisme je recommande la lecture du livre de Docteur Georges Dreyfus "les deux vérités selon les quatre écoles" (car il y a quatre écoles philosophiques principales, chacune réfutant les positions de celle la précédant, et chacune nous approchant plus de la position exacte et finale avant "le grand saut" vers l'état de bouddha). Dr Dreyfus est un suisse francophone et l'un des premiers occidentaux à obtenir le titre de Guéshé (docteur en philosophie bouddhiste tibétain), je l'avais rencontré à l'école de dialectique à Dharamsala en 1977 alors qu'il avait presque fini ses études. Il enseigne aujourd'hui à l'université de Virginie.

Cinquième commentaire supplémentaire : je vois que l'on parle abusivement de ré-incarnation (concept hindou) en parlant de bouddhisme. Voici la réponse que j'ai faite il y a trois heures à la question "croyez-vous à la réincarnation" :
non je ne "crois" pas en la ré-incarnation (concept hindou basé sur une âme éternelle transmigrant de corps en corps, autrement appelé métempsychose)
Par contre je "sais" que nous avons vécu des milliards de vies avant celle-ci et que nous vivrons encore des milliards de vies après celle-ci, tant que nous n'aurons pas atteint le nirvana, la cessation de la projection dans notre courant de consciences de phénomènes mentaux "solidifiant" les évènements et choses apparaissant comme des chimères.
Et ce phénomène s'appelle re-naissance, car nous re-naissons à chaque seconde, je dirais même à chaque nano-seconde, car nous manifestons ce corps physique à chaque nano-seconde à des fréquences de plusieurs terra-hertz et nous continuerons à le faire tant que le désir (de vivre, de jouir, de toucher, d'entendre, de voir, de sentir, de goûter, etc...) d'expérimenter des sensations sera présent dans notre courant de consciences.

Sources :

mon livret sur les bases du bouddhisme

Nirvana chez Wikipedia

Question Yahoo Q/R au sujet de la différence philosophique entre hindouisme et bouddhisme


question initiale sur Yahoo Questions Réponses

Réponse

le mot "hindouisme" est un terme fourre-tout inventé par les colonisateurs anglais de l'Inde pour stigmatiser un ensemble de religions et de philosophies qui sont souvent très différentes les unes des autres...

Mais on peut dire que la différence philosophique essentielle entre les autres religions indiennes et l'enseignement du bouddha historique est que le bouddhadharma (enseignement de l'éveillé) ne fait nul appel à une notion de dieu unique créateur et que la base du "noble sentier octuple" proposé pour atteindre le nirvana est le non-soi, anatman, autrement traduite par vacuité, ou plus précisément absence d'existence propre...

Alors que la plupart des religions sont basées sur un "soi" permanent, auto-existant et indépendant, le bouddha historique a montré que l'ensemble des phénomènes, oui absolument TOUS, y compris notre petit égo, ce "je" que auquel nous nous accrochons, sont impermanents, vides d'existence propre et interdépendants..

Donc la nature réelle des phénomènes telle que montrée par le bouddha historique est philosophiquement à l'opposé de l'illusion que nous entretenons (et que les religions théistes confortent) au sujet de notre égo et des phénomènes. Donc le bouddhisme est une voie de libération du samsara alors que les religions théistes sont des voies de maintien dans le cycle des re-naissances avec leurs paradis et leurs enfers...

Pour bien comprendre le bouddhisme et voir ce qui les différencie des autres religions indiennes il faut bien étudier le principe essentiel, celui de "shunyata", la vacuité, l'absence d'existence propre des phénomènes..

Shunyata est bien entendu un mot sanscrit et en hindi moderne shunya se traduit par zéro...

Mais par shunyata on n'entend pas un néant (ce qu'ont cru initialement les philosophes occidentaux du 19ème siècle et du début du 20èm siècle) mais simplement cette absence d'existence propre...

Le Bouddhisme ne nie pas l'existence des phénomènes et leur réalité mais indique que nous entretenons une illusion sur la nature réelle des phénomènes..

Lorsque nous nous débarassons de cette illusion nous retrouvons notre nature de bouddha, la claire lumière de béatitude...

C'est comme si notre esprit était un ciel recouvert d'une couche de nuages ("maya" en sanscrit) et lorsque nous réalisons la vacuité des phénomènes, leur impermanence et leur interdépendance c'est comme si la couche de nuages se dissolvait et que nous retrouvions le soleil de notre nature réelle...

Et le bouddhisme ne nous demande nullement de "combattre" ou de "dissoudre" notre égo dans un "grand tout" (cela est la vision de l'advaita-védanta, pas bouddhiste)..

mais simplement de reconnaître que nous avons avons depuis les temps sans commencement entretenu des illusions au sujet de cet égo...

que nous croyons permanent, autoexistant, et indépendant, alors qu'il est impermanent, vide d'existence propre, et dépendant de l'ensemble des phénomènes pour son existence...

Pour bien étudier les philosophies et religions indiennes je conseille de lire les deux volumes de l'ouvrage "Indian philosophy" du président Radhakrishnan (voir premier et deuxième lien) et pour bien comprendre les quatre écoles de philosophie bouddhistes je recommande le livre de Guéshé Georges Dreyfus : "les deux vérités selon les quatre écoles" (troisième lien ci dessous)

premier lien

deuxième lien

troisième lien

Question Portail du Bouddhisme au sujet de la différence entre les lapins et les êtres humains


C'est comme si notre esprit était un ciel recouvert d'une couche de nuages ("maya" en sanscrit) et lorsque nous réalisons la vacuité des phénomènes, leur impermanence et leur interdépendance c'est comme si la couche de nuages se dissolvait et que nous retrouvions le soleil de notre nature réelle... (fin du texte provoquant la question)

est ce pareil pour l'esprit dun lapin ?



Réponse

TOUS les êtres conscients, qu'ils soient :
- deva (dieu) devi (déesse)
- asura (demi-dieu)
- manusha (homme
- pashu (animal)
- preta (esprit affamé)
- rakshasa (démon)
ont tous la nature de bouddha et la claire lumière de béatitude est obscurcie par les voiles de maya (l'illusion) , l'ignorance fondamentale qui nous maintient dans le cycle des re-naissances. .
J'utilise volontairement les termes sanscrits pour qu'il n'y ait pas de confusion possible.
Donc oui un lapin a bien comme nous un courant de consciences obscurci par le voile de l'ignorance. ..

Question Yahoo Q/R : Les bouddhistes pratiquants ont-ils le droit d'avoir une sexualité hors mariage?


Réponse

dans le bouddhisme il n'y a aucun interdit, aucune contrainte, seulement des conseils donnés...
Chacun est libre de les suivre ou pas...
Mais si tu as compris les enseignements du bouddha tu prends les cinq voeux de pratimoksha (voeux de libération individuelle pour les laiques) et donc tu suis les préceptes :
- ne pas prendre la vie d'un être conscient
- ne pas dire ce qui est faux
- ne pas prendre ce qui n'est pas donné
- ne pas utiliser d'intoxicants (alcool, drogues, cigarettes, etc)
- ne pas avoir de méconduite sexuelle (cela comprend donc l'infidélité à un partenaire, que ce soit dans un couple hétérosexuel, bisexuel ou homosexuel ou trans...)
La base des enseignements du bouddha étant d'éviter de créer de la souffrance chez les êtres conscients (le mot sanscrit est ahimsa, non violence,
principe utilisé par Gandhi pour obtenir l'indépendance de l'Inde), on évitera donc ce qui pourra faire souffrir son partenaire, donc de le/la tromper...

Question Yahoo Q/R : Le karma, vous y croyez??


Réponse

ce n'est pas une question de croyance..
tu sais ou tu ne sais pas...
Il est évident à toute personne douée de logique et de raison que si tu envoies une pierre dans une vitre non blindée la vitre se brisera, c'est cela le karma..
Karma vient de la racine verbale sanscrit kr (prononcer kri) qui est l'infinitif du verbe faire.
Karman est donc le participe présent "faisant"
Toute pensée, parole, action commise a des conséquences.
Même les mathématiciens du XXème siècle en sont conscient puisqu'ils ont découvert la "théorie du chaos" dans laquelle le battement d'ailes d'un papillon dans le Pacifique sud a pour conséquence ultime un ouragan Katrina dans le golfe du mexique..
C'est aussi cela la loi de causalité et d'interdépendance (la formule française consacrée pour expliquer "karma")
Mais bien entendu le karma est si difficile à comprendre que seul un "bouddha" peut l'expliquer correctement et d'une façon que les êtres puissent comprendre...
Dire : "si tu tues quelqu'un tu seras tué à ton tour" est ce que toute les religions disent ("celui qui tue par l'épée mourra par l'épée" des chrétiens) et c'est une forme d'explication très simplifiée du karma..
Le karma n'a pas un fonctionnement de type "machine mécanique" comme les philosophes occidentaux du 17ème siècle envisageaient le fonctionnement de l'univers,
mais plutôt d'une façon analogue à la biologie, à l'organique, c'est à dire que la petite graine karmique un jour deviendra un arbre qui donnera des fruits (autre exemple en parallèle à la théorie du chaos indiquant qu'une cause minime peut entraîner des accidents et catastrophes gigantesques)
Bien entendu pour réaliser la réalité du karma il faut observer le fonctionnement de son esprit et son comportement pendant des années et voir les résultats de nos pensées, paroles et actions, c'est pour cela que la méditation qui développe la vigilance de chaque instant est préconisée..
Je pratique le bouddhisme tantrique tibétain depuis 1977 et je peux te certifier, te garantir que la loi de causalité existe (oui le karma existe et fonctionne) et que si tu suis les enseignements du bouddha tu obtiendras le résultat c'est à dire le nirvana.
Lama Thoubten Yéshé nous disait en 1977 : "si vous suivez les enseignements du bouddha vous obtiendrez le nirvana, je vous signe en bas du bon de garantie"... aujourd'hui jour de célèbration de la naissance, de l'illumination, du parinirvana du bouddha historique, je te signe le bon de garantie à mon tour...
PS : bouddha n'est pas un nom propre tel que Pierre, Paul, Jacques, ce n'est pas un dieu, le mot "bouddha" est un adjectif sanscrit qui veut dire "éveillé" donc chaque être conscient peut s'éveiller, ie devenir "bouddha", toi aussi et chacun-e des lecteurs-trices de ce forum je vous le certifie..

Question Yahoo Q/R : Le bouddhisme? ??


C'est une philosophie et je suis d'accord .. et dans les religions, il y a de la philosophie aussi.
MAIS, le bouddhisme est une religion puisque il y a la réincarnation, le nirvana etc...??
Croire en la réincarnation c'est aussi dur à croire que la résurrection, non ?


Réponse

pas du tout, car cela repose sur un ensemble philosophique et logique cohérent.
Mais cela on ne peut le comprendre qu'après avoir étudié les quatre principales écoles de la philosophie bouddhiste en fonction des deux vérités (conventionnelle et ultime) pendant de nombreuses années...
Tout d'abord il faut comprendre le premier point c'est l'impermanence de TOUS les phénomènes
Ensuite il faut comprendre le vide d'existence propre de TOUS les phénomènes (en sanscrit shunyata, qui se traduit par vacuité, absence de... que les philosophes occidentaux du 18ème siècle avaient mal compris et traduit par néant)
Et pour finir il faut comprendre l'interdépendance de TOUS les phénomènes...
Une fois que l'on a une compréhension intellectuelle de chacun de ces éléments séparément il faut obtenir la compréhension intellectuelle de ces trois éléments conjointement...
Une fois compris l'ensemble on sait pourquoi les religions indiennes parlent de réincarnation et de renaissance.
Attention toutefois à ne pas confondre ré-incarnation, concept hindou basé sur une âme éternelle, avec re-naissance concept bouddhiste basé sur un égo impermanent, vide d'existence propre et dépendant de l'ensembles des phénomènes pour sa survie..
Donc parler de réincarnation dans le bouddhisme c'est confondre hindouisme et bouddhisme...
Toutefois je te signale que les témoignages de vies passées se comptent par milliers, toute personne ayant fait quelques recherches le sait très bien...
Je te mets quelques liens ci dessous pour poursuivre tes recherches...
===
deuxième partie de ma réponse : après la réincarnation (concept hindou et pas bouddhiste) tu cites aussi le nirvana...
Attention à ne pas projeter sur les religions indiennes des conceptions monothéistes judéo chrétiennes et moyen-orientales...
Le nirvana n'est pas un paradis, pas un lieu où l'on puisse se rendre et que l'on obtiendrait par la grâce d'un dieu créateur x y ou z..
Nirvana est un mot sanscrit qui veut simplement dire cessation.
Tout comme bouddha est un adjectif sanscrit qui veut simplement dire "éveillé", donc nous pouvons tous devenir "éveillés" c'est à dire "bouddha".
Et donc bouddha n'est pas un dieu, le croire c'est se tromper sur la nature des enseignements du bouddha historique Siddhartha Gautama Shakyamouni (Siddhartha est son prénom et cela veut dire "celui qui a atteint tous ses objectifs", Gautama est son nom de famille, Shakyamouni veut dire qu'il appartenait au clan des Shakyas, mouni veut dire sage, donc sage du clan des Shakyas)
Pour en revenir à nirvana, il s'agit donc de cessation, de quelle cessation ?
de la cessation de la notion fausse entretenue dans nos courants de conscience au sujet du "je", ce petit égo que nous protégeons tant, et qui dure tout au plus quelque dizaine d'années, et que nous "croyons" instinctivement durable, éternel, auto-existent et indépendant.
Ce sont ces notions erronées au sujet du "je" dont nous devons nous défaire pour atteindre cet état de nirvana, cette cessation..
Car ces notions fausses que nous entretenons au sujet de la nature réelle des phénomènes sont comme une couche de nuages d'ignorance dans notre courant de consciences.
Une fois dissipées ces notions fausses, cette couche de nuage, nous retrouvons le soleil, notre nature réelle de bouddha (éveillée), la claire lumière de béatitude...
Donc pour finir un bouddhiste ne CROIT pas, il SAIT...
Et donc pour finir en répondant à la dernière phrase et ta dernière question, non les bouddhistes ne croient pas en la ré-incarnation (concept hindou) et ne croient pas en une quelconque résurrection, ils savent.
My life and livres, by Khyongla Rato Rinpoche

Enfants de la réincarnation par Vickie Mackenzie

L'enfant lama par Vickie Mackenzie

les bases du bouddhisme

Question Yahoo Q/R : Le retour de Ram Bahadur Bomjon, le "little Bouddha"?? ??


Question Yahoo Q/R : voir la vidéo ici


comme le dit Matthieu Ricard très justement jusqu'à présent aucun moine bouddhiste depuis deux mille six cents ans n'a jamais été connu pour ne jamais, absolument jamais, manger ou boire..
Bien sûr on connait des lamas qui restent des mois sans manger (mais ils prennent des pilules médicinales préparées par l'Ecole de Médecine tibétaine de Dharamsala pour ne pas avoir de carences en produits essentiels) mais personne n'est jamais resté des mois sans boire...
Même en ce qui concerne le bouddha historique lui-même aucun de ses miracles connus et relatés n'a jamais concerné l'absence de prise de nourriture et de boisson pendant des mois..
De plus l'extrême d'austérité est contraire aux enseignements du bouddha historique qui prêchait "la voie du milieu", entre l'extrême d'indulgence et l'extrême d'austérité.
Donc ce cas là est "hors bouddhisme"...
Et j'ai bien peur que cela ne soit un jour annoncé en tant que supercherie, ce qui donnerait une image très négative du bouddhisme puisque tout le monde dans les médias occidentaux le surnomme "little bouddha" alors que rien ne prouve qu'il soit vraiment bouddhiste...
Par contre s'il est vraiment authentique et démontre de vraies réalisations spirituelles (pas simplement se contenter de rester assis sur son cul dans un arbre à ne rien foutre....) alors là oui on pourra dire que ses efforts de méditation étaient authentiques et ont portés leurs fruits...
En tant que pratiquant du bouddhisme tantrique tibétain depuis 1977 je souhaite bien évidemment que ce ne soit pas un canular de mauvais goût concocté par la famille pour des motivations financières...
Mais j'ai des doutes, tout comme Matthieu Ricard et l'entourage du Dalai-Lama..
D'ailleurs le bouddha historique lui-même disait "ne croyez pas ce que je dis parce que l'on me surnomme le bouddha"...
Donc je conseille à ceux qui croient sur la base de reportages télévisés de ne pas accorder leur confiance trop vite et de bien suivre les conseils du bouddha historique, c'est à dire de ne rien croire que l'on n'ai vérifié par soi-même...(c'est ça la véritable attitude bouddhiste... pas de croire sans preuve).

Question Yahoo Q/R : Qu'est ce que Shunyata ??


Réponse

shunyata est un mot sanscrit qui a été très mal compris par les philosophes occidentaux du 18 et 19ème siècle, et même certains de ceux du début du XXème siècle qui l'avait traduit par "néant"...
en hindi moderne shunya veut dire zéro..
Mais comme tous les mots sanscrits shunyata a de nombreuses traductions possible, par exemple le mot "dharma" a 150 traductions possibles dans le dictionnaire Sanskrit-English de Monier Monier-Williams..
Donc shunyata peut être traduit par vacuité ou par absence..
De quelle vacuité, de quelle absence s'agit il ?
De l'absence d'existence propre de l'ensemble des phénomènes (y compris notre petit égo, ce "je" que nous tenons tant à protéger et auquel nous nous attachons)...
Que veut on dire par existence propre ?
Que les phénomènes ne sont pas leur propre cause..
Prenons l'exemple classique du mot "table"...
lorsque nous évoquons ce mot nous avons immédiatement une image mentale qui se forme et nous avons instinctivement l'impression que "table" existe en elle-même, indépendamment du reste de l'univers..
Or pour que "table" existe il a fallu un arbre, un bûcheron, un camionneur qui amène l'arbre coupé à la scierie, un menuisier qui découpe le plateau et les quatre pieds et les assemble, un autre camionneur qui les amène dans le magasin, et un acheteur qui l'emmène chez lui...
Donc pour que "table" existe il a fallu que l'ensemble du reste de l'univers existe, que certaines causes et conditions soient réunies (une graine, que la graine soit dans un humus favorable, une certaine humidité et quantité de pluie, une certaine chaleur, pour que la graine devienne arbre etc etc etc)...
Donc "table", comme l'ensemble des phénomènes pris individuellement, n'existe pas de par elle-même, elle n'est pas sa propre cause, et elle est dépendante de l'ensemble des phénomènes pour apparaître et exister..
Au lieu de "table" on peut mettre "je", "avion", "bateau", "parent", "femme", "mari", "fils", "fille" etc.... nous avons tous et tous les phénomènes ont la qualité de shunyata, la vacuité d'existence propre... Mais shunyata ne peut s'envisager sans les deux autres concepts : impermanence et interdépendance...
Les trois ensemble : impermanence, vacuité et interdépendance forment "pratityasamutpada" la chaîne des douze liens d'interdépendance...

Question Yahoo Q/R : Bouddha était il athée ??


Réponse

il n'y a pas de dieu unique créateur éternel dans le bouddhisme tout simplement parce que le bouddhisme démontre l'impermanence de tous les phénomènes

tous les êtres réalisés ont affirmé que nous avons vécu un nombre incalculable de vies et que nous continuerons à vivre un nombre incalculable de vies tant que nous continuerons à vivre dans l'illusion, dans la saisie du soi, l'égoisme...

Cela s'appelle le cycle des re-naissances, le samsara...

Ce cycle ne cesse que lorsque l'on atteint le nirvana, la cessation de la génération d'une croyance en un soi permanent, autoexistant et indépendant, alors que TOUS les phénomènes sont impermanents, vides d'existence propre et interdépendants...

Pour moi le cycle des re-naissances est une évidence et tous ceux qui pratiquent la méditation avec un minimum de résultat se souviennent de leurs vies passées..

Lire le grand nombre de livres consacrés à ce sujet et notamment de Rato Rinpoche : "my life and lives"...

et aussi "l'enfant lama" de Vicki Mackenzie et l'ensemble des cas confirmés d'enfants se souvenant de leurs vies passées..

N'importe quelle recherche faite sur Amazon te ramènera une longue liste de livres consacrés à ce sujet, tapes les mots clés : réincarnation - ou bien - renaissance

Attention à ne pas confondre ré-incarnation (concept hindou basé sur une âme éternelle) et re-naissance (concept bouddhiste basé sur un courant de consciences, un moment de conscience suivant l'autre, pour les bouddhistes il n'y a pas d'âme éternelle, pas de paradis ou d'enfer éternel, car TOUS les phénomènes sont impermanents, vides d'existence propre et interdépendants)

Seuls les êtres conscients passent d'une naissance à une autre, donc les plantes n'ayant pas de conscience on ne re-nait pas en tant que plante.

Du point de vue de la cosmologie bouddhique il y a six états d'existence :

- état divin (dieu ou déesse)

- état semi-divin (dieu jaloux/titans)

- état humain

- état animal

- état d'esprit affamé

- état infernal

attention AUCUN de ces états n'est permanent une fois le karma positif ou négatif ayant permis cette naissance épuisé on change de corps.

Si l'on accomplit un grand nombre d'actes positifs et que la somme totale du karma est positif on peut re-naître en tant que dieu ou déesse mais cela est temporaire, par contre si l'on agit comme A-d-o-l-f H-i-t-l-e-r et que l'on fait assassiner des millions de personnes c'est direction immédiate les enfers brûlants (appelé Maha Avici pour le pire) mais pour lui aussi cela ne dûrera pas éternellement, lorsqu'il aura épuisé son karma négatif il remontera et re-naîtra soit en animal soit en être humain (ou peut être un petit séjour en tant qu'esprit affamé si la cupidité est encore trop grande dans son courant de consciences)..

Le but de la pratique bouddhiste est tout d'abord d'atteindre le nirvana, la cessation de la génération d'illusions basée sur l'ignorance, et de re-trouver l'état de bouddha, notre nature réelle, qui est la claire lumière de béatitude.

Et pour finir je dois rappeler que le mot "bouddha" n'est pas le nom d'un dieu, ce n'est même pas un nom propre tel que pierre paul ou jacques, c'est en fait un adjectif sanscrit qui veut tout simplement dire en bon français "éveillé"... donc chaque être conscient comme toi et moi peut "s'éveiller" du sommeil de l'ignorance et donc re-devenir "bouddha"...

Pour atteindre le nirvana et re-trouver l'état de bouddha il faut :

- réaliser que TOUS les phénomènes sont impermanents, vides d'existence propre, et interdépendants

- développer la renonciation au samsara (le cycle des re-naissances dans lequel nous tournons depuis des milliards de milliards de vies), et la "bodhicitta" c'est à dire l'esprit d'éveil qui se décompose en :

- bodhicitta relative (amour et compasssion pour TOUS les êtres conscients)

- bodhicitta ultime (la réalisation de shunyata c'est à dire la vacuité, l'absence d'existence propre de tous les phénomènes)

- et si l'on suit le chemin du tantrayana, développer la dévotion à "l'ami spirituel" qui nous transmet les enseignements du bouddha ("ami spirituel" est la traduction française du mot sanscrit "gourou" qui est devenu très dévalorisé en France car utilisé à toutes les sauces pour qualifier n'importe quelle sorte de soit disant experts ou même escroc à la petite semaine)





un Dieu avec un D majuscule n'est pas présent dans le bouddhisme, nous passons tous par l'état divin en fonction de notre karma positif... si nous créons un karma positif avec un sentiment d'orgueil et ne dédions pas ces "mérites" à l'illumination de tous les êtres nous créons la cause de re-naître en tant qu'être divin (dieu ou déesse) mais notre manifestation en tant que dieu ou déesse ne durera qu'aussi longtemps que notre karma positif n'aura pas été consumé

Pour comprendre pourquoi il n'y a pas de Dieu unique créateur dans le bouddhisme il faut étudier pendant de nombreuses années les quatre écoles de philosphie bouddhistes principales et la conclusion de ces longues années d'études est pour moi qu'il n'y a pas de dieu unique créateur tout simplement parce qu'en vérité il n'y a pas de "création" per se... tout ce que nous voyons, ressentons, imaginons, pensons, n'est en fait que chimères, qu'illusions...

(à ce sujet lire l'excellent livre de Professeur Georges Dreyfus sur "les deux vérités selon les quatre écoles" neuvième lien ci dessous)



On en revient là au principe de base du bouddhisme, l'impermanence, car oui rien ne dure éternellement, même le Mont Everest ne sera un jour prochain que sable sur une plage... donc même les phénomènes qui semblent "éternels" n'auront en fait qu'une durée limitée... même les dieux et déesses qui durent au délà de la durée de plusieurs univers consécutifs..

On dit dans les religions indiennes qu'un jour d'un dieu est égal à 500 années humaines... mais même les dieux et déesses doivent "re-descendre" dans des niveaux inférieurs lorsque leur karma positif est épuisé..

Pour comprendre les différences entre l'advaita vedanta hindou et la philosophie bouddhiste voir le cinquième lien et les suivants

Ensuite je recommande vivement à tous les participants la lecture du soutra de culamalunkya-poutra sur les questions inutiles (huitième lien vers wikisource qui donne gratuitement les principaux textes de base bouddhistes en français : les soutras - le mot soutra voulant dire "ce que j'ai entendu" c'est à dire les enseignements qu'Ananda, neveu et secrétaire du bouddha historique avait entendu pendant 25 ans alors qu'il était son secrétaire

je pratique le bouddhisme tantrique tibétain depuis 1977 et AMHA c'est tout à la fois une religion, une philosophie et un mode de vie, le tout indissociable et sans séparation ni frontière...

Le Bouddhisme se vit au quotidien, à chaque nano-seconde, et la "foi" est en fait une confiance basée sur l'expérience car n'oublions pas que le bouddha historique disait :

"ne croyez rien de ce que je dis parce que l'on me surnomme le "bouddha" mais tout comme le bijoutier teste la matière pour savoir si c'est de l'or, testez mes enseignements à la lumière de votre expérience"...

Donc le bouddha lui même disait qu'il ne fallait jamais rien croire sur parole, mais au contraire tout vérifier par soi même.

Donc dans le bouddhisme pas de dogme, pas de contrainte, pas d'interdits, mais seulement une discipline auto imposée, une discipline que l'on s'impose à soi même car l'on en a compris les tenants et les aboutissants... pas parce que si l'on désobéit on ira dans des enfers destinés aux "mécréants"...

Question Yahoo Q/R : L'essentiel du bouddhisme ? Ainsi que leur principales prière ? Merci de m'éclairer à approfondir ma culture dans ce domaine ??


Réponse

j'ai mis en ligne un petit livret d'une dizaine de pages sur les bases du bouddhisme

mais bien entendu le mieux serait que tu visites l'un des cinq cents centres bouddhistes présents en France, pour avoir l'adresse la plus proche de chez toi regardes mon répertoire

Sinon pour te résumer l'enseignement du bouddha historique :

- éviter de créer de la souffrance autour de soi

- essayer d'apporter un peu de bonheur aux gens qui nous entourent

Du point de vue philosophique toutes les écoles bouddhistes se retrouvent sur les "quatre sceaux" :

Le premier sceau
Tous les phénomènes sont impermanents
Le second sceau
Toutes les émotions sont douloureuses
Le troisième sceau
Tous les phénomènes sont vides. Ils n’ont aucune existence propre en eux—mêmes
Le quatrième sceau
le nirvâna se trouve au-delà des extrêmes
(voir l'article complet sur buddhaline )


Sinon on peut résumer la position philosophique du bouddhisme dans la phrase suivante :
"tous les phénomènes sont impermanents, vides d'existence propre et interdépendants".
Et cette phrase a pour conséquence logique qu'il n'y a pas de "dieu unique créateur et éternel" dans le bouddhisme puisque si tous les phénomènes sont impermanents il ne saurait y avoir de dieu éternel (ou quoi que ce soit d'éternel tel qu'un paradis ou un enfert éternel) et puisque si les phénomènes sont vides d'existence propre (ne sont pas leur propre cause) il ne peut y avoir de dieu "auto-causé" et encore moins de "dieu" cause unique de l'ensemble des milliards de milliards de milliards d'enchaînements de causes et conditions qui composent les milliards de milliards de milliards d'univers existants, ayant existé ou à venir, et puisque tous les phénomènes sont interdépendants il ne peut y avoir et "dieu" qui soit indépendant des autres phénomènes.. Donc en une seule phrase le bouddhisme réfute le monothéisme...et c'est pour cela que je dis que le bouddhisme est une religion athée (sans "dieu")

Maintenant pour répondre à ta question des prières, il y en a des milliers mais la principale est bien la "prise de refuge" :
- om namo buddhaya
- om namo dharmaya
- om namo sanghaya
c'est à dire prendre refuge en "bouddha", en "dharma" en le "sangha".
Le mot "bouddha" n'est pas un nom propre tel que pierre pau ou jacques ni le nom d'un "dieu" car le bouddha historique était un être humain comme les autres, mais "bouddha" est un adjectif sanscrit qui veut simplement dire "éveillé'" ce qui implique que chacun-e d'entre nous peut "s'éveiller" donc devenir "bouddha".
le "dharma" est dans ce contexte l'enseignement du bouddha
le "sangha" est la communauté des moines et nonnes bouddhistes et d'une manière générale ceux/celles qui essaient de mettre en pratique les enseignements du bouddha historique.
Les mots "bouddha" "dharma" et sangha" sont des mots de la langue sanscrite.. le sanscrit est la langue classique de l'Inde (comme le latin est la langue classique de l'Europe de l'Ouest) et ce sont des mots masculins (les mots sanscrits terminant en a sont en général masculin par exemple deva (dieu) et les mots terminant en i sont en général féminin exemple dévi (déesse)


Une autre prière traduite en français que j'aime beaucoup sont les "quatre pensées incommensurables" :

"Si seulement tous les êtres pouvaient demeurer dans l'équanimité,
Libres de la haine et de l'attachement, ne considérant pas certains
comme proches et d'autres comme distants.
Puissent-ils y demeurer !
Moi-même, je les y mènerai !
Je prie le Maître Bouddha de m'accorder sa bénédiction
afin de pouvoir pratiquer ainsi. »
« Si seulement tous les êtres pouvaient posséder le bonheur
et les causes du bonheur !
Puissent-ils en être pourvus !
Moi-même, je les y mènerai !
Je prie le Maître Bouddha de m'accorder sa bénédiction
afin de pouvoir pratiquer ainsi. »
« Si seulement tous les êtres pouvaient être séparés
de la souffrance et des causes de la souffrance.
Puissent-ils en être séparés !
Moi-même je les en séparerai !
Je prie le Maître Bouddha de m'accorder sa bénédiction
afin de pouvoir pratiquer ainsi. »
« Si seulement tous les êtres pouvaient tous les êtres
pouvaient ne pas être séparés
du bonheur pur au-delà de tout chagrin !
Puissent-ils ne pas en être séparés !
Moi-même, je ferai en sorte qu'ils n'en soient pas séparés
Je prie le Maître Bouddha de m'accorder sa bénédiction afin de pouvoir pratiquer ainsi. »


Et pour finir je te conseille un autre article de buddhaline sur la prière dans le bouddhisme

Question : L'utilisation des "dieux personnels dans la pratique bouddhiste tantrique ??


Réponse



oui c'est vrai les "dieux personnels" sont utilisés dans la pratique du bouddhisme tantrique tibétain... mais comme je l'ai dit souvent ce sont ces objets de méditation en tant que symboles de perfection qui nous font progresser..
Il y a une notion qui s'appelle "imitation de Jésus" dans le christianisme qui est intéressante et dans le bouddhisme AUSSI on essaie d'atteindre le même niveau de perfection que les bodhisattvas et les bouddhas...
Donc lorsque l'on pratique les tantras tibétains on se choisit un ishta-devata (en tibétain yidam) voir sur wikipedia :

l'article sur les Yidams


mais celui qui s'embarque sur le chemin des tantras et choisit un yidam sait très bien que cette déité n'est qu'une création de son propre esprit (ce que je traduis pour le français courant par "fantasme"...)

Voilà donc pourquoi je dis que le peuple, avant d'être capable comme le faisait Krishnamurti, de méditer sans objet, a besoin pour son évolution de "dieux personnels" en tant qu'objects de méditation.

Mais le problème c'est que la plupart des pratiquants des monothéismes n'ont aucune notion de la vacuité des phénomènes (shunyata) et croient donc que ce "dieu" a une réalité objective et concrète et donc "s'accrochent" à ce dieu tout comme on s'accroche à son petit égo, sur la base d'une vision fausse de la nature réelle des phénomènes, que l'on croit permanent, autoexistant et indépendants, alors que leur nature réelle est à l'opposé...


Question Yahoo Q/R : Pouvez vous m'expliquer simplement le concept de "vacuité" ?


Réponse

du point de vue bouddhiste le mot "shunyata", traduit par vide ou vacuité, est en réalité une "absence", c'est à dire l'absence d'existence propre des phénomènes, à savoir qu'ils ne sont pas leur propre cause..
TOUS les phénomènes sont causés par d'autres phénomènes et sont soumis aux causes et conditions..

Exemple d'une chaise..

La chaise n'existe qu'en tant que "nom" et "forme" (nama - rupa en sanscrit)..Le nom désigne une chose, on aurait pu donner n'importe quel nom mais on a choisit "chaise"..
Mais la "chaise" n'existe pas en elle-même, elle n'est pas apparue soudainement de sa propre volition..
Il a fallu qu'il existe d'abord une planète, de la terre, de l'eau, une certaine chaleur, et une graine..
Il a fallu que cette graine puisse ne pas être mangée par un oiseau afin de pouvoir devenir un jour un arbre..
Cet arbre après de nombreuses années a été coupé par un bûcheron..
Ensuite un chauffeur de camion est venu et a emmené l'arbre à la scierie
La scierie a reçu l'arbre, les menuisiers l'ont découpé en planches et en pieds et on finalement monté la chaise..
La chaise a ensuite été transportée dans un magasin pour y être vendue
Ensuite tu es venu dans ce magasin et tu a acheté cette chaise que tu contemples aujourd'hui..

Donc cette chaise est bel et bien :
- impermanente (elle n'est pas éternelle, elle est apparue, durera un certain temps, puis un jour sera brûlée, cassée, etc c'est à dire disparaîtra)
- vide d'existence propre
- et dépend de l'ensemble des phénomènes pour son existence..
Voilà donc en termes clairs ce qu'est la "vacuité" du point de vue bouddhiste et ses liens avec la chaîne d'interdépendance (pratityasamutpada)
Bien entendu j'ai choisi l'ojbet chaise, mais le raisonnement peut être appliqué pour tout autre phénomène, y compris pour notre égo...

Sources :
Explication de la vacuité sur Wikipedia



Question Yahoo Q/R : Les légendes relatives à Bouddha? J'ai lu l'intervention d'une personne qui prétendait que Siddhartha Gotama (devenu par la suite le Bouddha historique) avait "donné" sa femme et son fils. J'avoue que c'est la première fois que j'entends cette légende. Pourriez-vous m'éclairer ? " ?




Commentaire supplémentaire à la question: il me semblait que dans le bouddhisme personne n'appartient à personne... donc "donner" un être humain ... je suis dubitative



Réponse

Cela fait partie des "contes de Jataka" une série de plus de cinq cents contes sur les vies passées du bouddha, qui se passait dans un autre univers il y a des milliards d'éons..

Bien entendu comme tu le dis très justement dans ta question personne "n'appartient" à personne.. mais il ne faut pas oublier que notre culture occidentale d'aujourd'hui n'a rien à voir avec les autres cultures, et que MEME AUJOURD'HUI, l'esclavage est encore pratiqué dans certains pays..

Donc il y a des milliers d'années dans certaines civilisations antiques les hommes avaient des centaines d'épouses et de concubines, c'était la culture de l'époque..

Et un grand roi ou empereur, à l'époque, ne pouvait passer pour un grand roi ou empereur aux yeux de son peuple sans les attributs de la royauté, l'un de ces attributs étant d'avoir justement un grand nombre d'épouses et de concubines pour assurer la descendance royale (ne pas oublier qu'à l'époque une majorité d'enfants mourraient en bas âge et donc n'arrivait pas à l'âge auquel ils pouvaient succèder leur père le Roi ou l'Empereur)

Et en fait ce conte n'est fait que pour montrer qu'afin d'atteindre le nirvana il faut être capable de renoncer à tout, absolument tout, y compris nos partenaires et nos enfants.. mais bien entendu "renoncer" ne veut pas dire qu'il faille donner nos partenaires et nos enfants en esclavage ni que nous devions nous déposséder de tout notre argent et nos propriétés.. cela veut dire que nous ne devons pas avoir un attachement quelconque..

Pour en revenir aux contes de Jataka, il en existe actuellement 547 traduits en langue occidentale (malheureusement pas en français mais en anglais) et les seules traductions de ces 547 contes sont celles faites sous la direction de Professeur E.B. Cowell, publiées originellement par Cambridge University Press en 1895, ré-imprimées par Motilal Banarsidass Delhi en 1990 (en trois volumes) et actuellement ré-imprimées en six volumes par Kessinger Publishing, LLC en 2006. J'ajoute ci dessous le lien vers le 6ème et dernier volume de la collection en vente chez Amazon.com

En fait il s'agit de la "Vessantara Jataka" (la dernière numéro 547) dont tu as le texte expliqué en anglais et en français dans les articles que l'on pourra lire en cliquant sur les deux derniers liens.

En réalité le texte complet en anglais de la "Vessantara Jataka" fait 60 pages dans l'édition de Motilal Banarsidass que j'ai chez moi, donc ce que tu verras dans les sites web mentionnés ne sont que de courts résumés..

Mais si tu souhaites vraiment en avoir le texte en français tu peux demander à la BNF de te faire la photocopie de :

"'Vessantara Jataka' : Texte sogdien édité, traduit et commenté par E. Benveniste" (1946)

ou bien :

"Une version sogdienne du Vessantara jataka, publiée en transcription et avec traduction", par Robert Gauthiot (1912)

Pour leur demander cette reproduction tu peux utiliser leur formulaire en ligne en utilisant le quatrième lien

Bien entendu si tu n'as aucun problème avec l'anglais le mieux est d'acheter le volume 6 des traductions de E.B. Cowell réédité en 2006 (premier lien)





le volume 6 des 547 Jatakas traduites en anglais sous la direction de E.B. Cowell en 1895, réédition 2006

la traduction du Vessantara Jataka par Rober Benéviste en 1946

la version Sogdienne du Vessantara Jataka traduite par Rober Gauthiot en 1912



Demande de reproduction de livre à la BNF

Explication des Jatakas sur Wikipedia

Le Vessantara Jataka sur Buddha Images

Le Vessantara Jataka du Wat Ratchatiwas Ratchawora viharn


Question Yahoo Q/R : les représentations du Bouddha comme un obèse ?


Réponse


en fait il existe au contraire de nombreuses représentations du bouddha historique à la fin de son jeûne et les représentations chinoises ne sont absolument pas un reflet de la réalité historique. Je rappelle que bouddha n'est pas un nom propre comme pierre paul ou jacques mais un adjectif sanscrit signifiant "éveillé" donc chacun d'entre nous peut devenir "éveillé" donc bouddha..

Le nom du bouddha historique ayant vécu il y a 2600 ans dans le nord de l'Inde est Siddhartha Gautama, et contrairement à ce que dit la légende propagée par les dynasties royales postérieures à son existence pour légitimer leur royauté, ce n'était pas un "fils de roi" mais le fils d'un homme élu au panchayat... ce système de gouvernment de village, qui existait il y a deux mille six ans et qui continue aujourd'hui à fonctionner dans chacun des 600.000 villages indiens est un système dans lequel les cinq (panch veut dire 5) sages qui prennent les décisions sont élus une fois par an...

Donc le père Gautama (Suddhodhana de son prénom) était élu par les villageois une fois par an au conseil des cinq sages.

A l'époque il y avait dans le nord de l'inde 14 républiques (fonctionnant sur ce système) et uniquement 2 royaumes (c'est à dire avec un système de pouvoir transmis de père à fils)

Pour ceux qu'intéressent le bouddhisme j'ai mis en ligne un livret sur "les bases du bouddhisme" ainsi qu'une bibliographie bouddhique francophone pour poursuivre vos études

Le troisième lien ci dessous montre une photo de la statue du bouddha historique à la fin de son jeûne, cette statue se trouve au musée de lahore (je rappelle qu'il y a deux mille ans les pays appelés aujourd'hui pakistan et afghanistan étaient des pays bouddhistes dirigés par les rois indo-grecs descendant des généraux d'Alexandre le Grand qui avait fait une incursion jusqu'à l'Indus vers 322 avant JC, ses troupes ayant rencontré un certain nombre de philosophes bouddhistes un grand nombre de concepts bouddhistes on été transmis aux philosophes grecs, et ce bien avant Alexandre, je dirais même dès le 5ème siècle avant JC à la cour de Darius et des grands rois persans où se rencontraient grecs et "indiens")

En ce qui concerne l'aspect physique du bouddha historique les textes tibétains disent qu'il avait les yeux bleus, qu'il était très grand (on parle de 2 mètres), très athlétique (il était un sportif accompli et son éducation comportait tous les arts de la guerre ou "martiaux"), très probablement à la peau claire (il était de la classe des Kshatriyas un des "varnas" à la peau claire)

Il a vécu jusqu'à l'âge de 80 ans et depuis son illumination à l'âge de 36 ans jusqu'à sa mort il n'a cessé de voyager dans tout le Nord du Sous-Continent Indien et a donc enseigné pendant 45 ans sur un ère géographique allant du Gandhara (aujourd'hui appelé Afghanistan) à l'Ouest jusqu'au Magadha à l'Est (aujourd'hui états du Bihar et du Bengale ainsi que Bangladesh) en passant bien entendu par Vaisali et Bénarès (il donna son premier sermon à Sarnath la proche banlieue de la ville sainte indienne)


Sources :
les bases du bouddhisme

Bibliographie bouddhique francophone

Photo de la statue du "fasting Buddha" au musée de Lahore

article sur le Gandhara sur Wikipedia

article sur le Magadha sur Wikipedia

article sur Vaisala sur Wikipedia

article sur l'Inde ancienne sur Wikipedia



Copyright © 1996-2009 The Golden Wheel network
Dernière modification : 21 août 2009


Add To Favorites

les rituels du bouddhisme



une vidéo sur la vie du Bouddha à regarder sur Daily Motion

Join Care2.com's Race to Save the Baby Seals!

Join Care2.com's Race to Stop Global Warming!